Sven Co-op fête ses 25 ans !

5 choses à savoir sur le jeu

Loin d’être sans défaut, ce jeu apporte tellement qu’il est difficile de lui en vouloir.

5 /5

Sven Co-op : l’avis de l’équipe

Les plus

  • Half-Life en COOP !
  • Tous les monstres et personnages de l’univers HL, de ses extensions, de sa bêta, et plus !
  • Pareil pour les armes !
  • Moteur GoldSource amélioré avec des limites moins contraignantes (taille plus grande…) et plus de fonctionnalités
  • Grande diversité de maps et de contenu créé par la communauté

Les moins

  • Les bugs, et autres défauts mineurs (surtout en mapping) qui s’accumulent et qui sont toujours pas corrigés depuis 20 ans…
  • La grande disparité des maps et la difficulté à les choisir.

On ne présente plus Sven Co-op ! C’est le mod par excellence, celui qui a su vraiment pousser à fond l’aspect fun et décalé d’Half-Life 1.

C’est une référence dans l’univers du modding GoldSource, et encore plus depuis qu’il est devenu un jeu à part entière (et intégralement gratuit) sur Steam. Sur ModDB, il se hisse en deuxième position des mods HL les plus populaires de tous les temps, détrôné tout juste par le mythique Counter-Strike.

Découvrons maintenant quelques faits concernant le jeu qui valent d’être connus à l’occasion de ses 25 ans.

1) Sven Co-op existait déjà avant la sortie d’Half-Life

Eh oui, mais bien évidemment pas sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui.

Daniel Fearon était alors un jeune néo-zélandais féru de jeux vidéos, et il avait créé un site, Atomic Half-Life, en anticipation de la sortie du jeu.

Quand Valve lui a envoyé le jeu en avant-première en remerciement pour son site, Daniel s’est directement lancé dans le projet de rajouter des monstres en multi-joueur (avant même la sortie du SDK). Ce qui lui permettra de sortir la première version publique du "mod", une simple map nommée « SvenCoop v0.8 beta », le 19 janvier 1999, seulement deux mois après la sortie officielle d’Half-Life 1.

2) Sven Co-op tourne sur une version modifée de GoldSource

Finie le temps où Sven Co-op était un simple mod, à télécharger depuis Internet et à installer soi-même ! (Surtout qu’il fallait le refaire à chaque mise à jour…)

En 2013, Valve a accordé à Sven Co-op l’accès au moteur GoldSource (le moteur qui fait tourner Half-Life). En conséquence, Sven Co-op est devenu un jeu à part entière, téléchargable directement (et gratuitement !) depuis Steam. Plus besoin de Half-Life pour y jouer, même pour y jouer en co-op.

Les mises à jour s’installent également automatiquement. Dommage qu’elles soient si rares…

Une autre conséquence, ça a été que l’équipe a pu améliorer la puissance du moteur : énormément de limites ont été levées (taille des maps, scripting, etc.) ce qui donne beaucoup plus de liberté aux mappeurs. Il est également possible de jouer sur Internet sans serveur grâce au P2P (voir point suivant),

3) Pas besoin de serveurs ni de Hamachi pour jouer sur Internet

Pour les gens comme moi, rien de plus frustrant que d’essayer de jouer avec un ami quand on est pas en réseau local.

Soit on est obligé de jouer sur un serveur public, c’est-à-dire sans pouvoir changer la map et avec des gens qui rushent la map, soit on doit essayer de mettre en place un serveur en changeant la configuration de son routeur, ce que je n’ai jamais réussi à faire (n’ayant pas un master en réseaux informatiques).

C’était donc une super nouvelle d’apprendre que Sven Co-op propose maintenant l’option P2P. Grâce aux serveurs de Steam, il t’est possible à n’importe qui (connecté à Internet), de créer sa partie et aux autres de la rejoindre.

Le Guide Sven Co-op de Mapping-Fusion explique très bien la procédure ! En résumé, il suffit que la personne qui créé la partie donne son Steam ID (que tu peux trouver ici ou ).

Ensuite, il te suffit de lancer Sven Co-op normalement depuis Steam, de créer une nouvelle partie (Start new game), et de créer ta partie en faisant attention à ne PAS cocher "LAN Game" (forcément, vu que tu joues sur Internet).

Les joueurs n’ont ensuite qu’à lancer Sven Co-op, ouvrir la console (touche « ² » par défaut), et de taper : « connect tonSteamID ».

4) Certains ennemis proviennent de la bêta d’Half-Life

Par rapport à Half-Life, Sven Co-op propose une diversité d’ennemis (et d’alliés) beaucoup plus grande. La plupart proviennent des extensions officielles (Opposing-Force principalement), d’autres sont des créations originales (comme Tor).

TorTor, ou le commandant Xen, une création complétement originale.

Le bodyguardLe bodyguard, basé sur un personnage que l’on connaît bien…

Certains sont néanmoins des ennemis que Valve avait pour projet d’inclure dans Half-Life, projet qui avait été abandonné. C’est ainsi qu’on retrouve le Kingpin (monstre à l’origine conçue pour attaquer d’une manière très particulière), le Chumtoad et le Stukabat.

Le KingpinLe Kingpin, ennemi que le joueur était censé rencontrer dans Half-Life, avant d’être laissé à l’abandon…

Le StukabatLe Stukabat, autre ennemi abandonné de la bêta.

5) Ne demandez pas ce que veut dire « Sven Co-op »…

Voilà ce que le créateur de Sven Co-op avait dit à ce sujet sur son site :

« Juste pour qu’on évite de me spammer pour ça, je sais que SvenCoop est un nom pourri :) C’était le nom de fichier que j’avais donné à ma map quand j’ai commencé à la faire, et je n’ai jamais pensé à quelque chose de mieux. (Jamais été très bon à trouver de bons titres :/) Je ne vais pas le changer maintenant, ce serait trop de travail :) . »

Bonus : « Pleasing taste, some monsterism »

C’est la "devise" de Sven Co-op.

Une idée de son origine ? Non ?

5 /5

Sven Co-op : l’avis de l’équipe

Loin d’être sans défaut, ce jeu apporte tellement qu’il est difficile de lui en vouloir.

Les plus

  • Half-Life en COOP !
  • Tous les monstres et personnages de l’univers HL, de ses extensions, de sa bêta, et plus !
  • Pareil pour les armes !
  • Moteur GoldSource amélioré avec des limites moins contraignantes (taille plus grande…) et plus de fonctionnalités
  • Grande diversité de maps et de contenu créé par la communauté

Les moins

  • Les bugs, et autres défauts mineurs (surtout en mapping) qui s’accumulent et qui sont toujours pas corrigés depuis 20 ans…
  • La grande disparité des maps et la difficulté à les choisir.

Re-cliquez sur l’image pour la voir en grand.